Cuba : une forme d’autarcie informationnelle

Cuba est le dixième pays exerçant la plus forte censure du monde de nos jours. Cette situation est en amélioration depuis quelques temps, mais cependant les pratiques de censures restent encore courantes, l’autarcie informationnelle perdure.

Cuba

Cuba vit dans l’autarcie informationnelle.

Quelle situation d’autarcie informationnelle aujourd’hui ?

Malgré des améliorations significatives au cours des dernières quelques années, telles que l’élimination des visas de sortie qui ont pratiquement interdit les voyages à l’étranger pendant des décennies, Cuba continue à entretenir le climat le plus restrictif pour la liberté de la presse dans l’ensemble des Amériques. Les médias écrits et de radiodiffusion sont entièrement sous le contrôle de l’État communiste à parti unique, lequel détient le pouvoir depuis plus d’un demi-siècle et doit, conformément à la loi, être en accord avec les objectifs de la société socialiste.

Bien qu’Internet ait pu ouvrir un espace pour des reportages critiques à l’égard du gouvernement, les fournisseurs de service sont obligés de bloquer tout contenu inapproprié. L’ouverture d’une ligne internet est soumise à l’autorisation des autorités de l’île. L’utilisation d’internet ne doit pas « compromettre la sécurité d’État » ni aller contre « les lois et principes moraux du pays », des motifs suffisamment flous pour couper arbitrairement un accès à internet. Cuba détient le taux d’accès à internet le plus bas d’Amérique latine.
Les journalistes et blogueurs indépendants qui travaillent en ligne passent par des sites Web hébergés à l’étranger et doivent se rendre à une ambassade ou à un hôtel étranger pour pouvoir télécharger du contenu et avoir accès à une connexion Internet non filtrée.

Malgré quelques progrès, y compris la reprise des relations diplomatiques avec les États-Unis et la proposition de mettre fin au régime de Castro avant 2018, les quelques journalistes indépendants qui essaient de couvrir l’actualité dans le pays sont toujours soumis au harcèlement et à la détention de courte durée. Ceci est clairement une pression venant du régime politique, se référant à l’autarcie informationnelle.

La Corée du nord – exemple parfait d’autarcie informationnelle

L’exemple le plus flagrant d’Autarcie Informationnelle est sans aucun doute la Corée du Nord, analysons :

Ce pays autarcique vit dans un isolement quasi total – par choix, mais aussi à cause de rigoureuses sanctions internationales. Seul fait exception le commerce avec la Chine. Mais les pénuries et la malnutrition sévissent, et le régime fait eau de toutes parts. Quelque 1 100 personnes ont fui le pays entre mai 2010 et mai 2011, soit une hausse de 14 % par rapport à l’année précédente, selon le ministère sud-coréen de la réunification.

En se penchant plus les télé-communications en Corée du Nord, on peut apercevoir que les médias, leur réseau internet ou encore la télévision fonctionnent tous en circuit fermé. Le pays possède son propre réseau internet avec aucune possibilité d’aller sur des sites comme Google ou Facebook. Il est uniquement possible d’accéder aux sites voulues par le gouvernement. C’est un cas d’autarcie informationnelle.

 

Corée du Nord

Un soldat nord-coréen sur leur réseau internet privé.

 

Il n’existe que 28 sites accessibles depuis un ordinateur nord-coréen. On peut également parler de leurs médias, ou devrai-je dire, leur média au singulier car il n’y a qu’un seul journal publié dans le pays. De plus controlé par l’état.

Au niveau de la télévision, il n’y a que 3 chaines disponibles. Dont une qui émane directement du ministère de la propagande et de l’information. Cette chaîne a pour but le culte de la personnalité du leader Nord-Coréen et la diffusion d’informations exclusivement controlé par le gouvernement.

Nous avons ici le cas le plus concret d’autarcie informationnelle, avec des communications extérieures exclusivement controlé et une main-mise sur la diffusion de l’information.

 

La chine interdit ses médias de citer des sources étrangères – autarcie informationnelle

Voici un cas réel d’autarcie informationnelle :

Chine

La semaine du 8 Avril 2013, l’Administration générale de la presse, de l’édition, de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision (GAPP) a refusé de diffuser dans les cinémas le film Django Unchained de Q. Tarantino à cause de certaines scènes qui peuvent être considérées comme trop violentes. En effet, la GAPP contrôle les contenus des films avant diffusion. Elle interdit notamment la diffusion de contenus mettant en avant la sexualité et les expressions politiques.

 

Le 16 Avril 2013, la GAPP fait encore parler d’elle : elle interdit les médias chinois de citer des sources étrangères qui n’auraient pas été approuvées par le gouvernement au préalable. La Chine se dirige donc vers une coupure du flux d’information mondialisé. Le pays contrôle déjà de manière stricte l’accès aux ressources présentes sur Internet. La même semaine, l’Administration chinoise met en place trois nouvelles mesures :

  • les organes de presse ne sont pas autorisés à utiliser les médias étrangers sans approbation préalable
  •  les autorités sont résolues à mettre un terme aux rédactions utilisant des source illicites
  •  les nouvelles autorisées seront émises par le compte de microblogging officiel.

Ceci est un premier pas vers l’autarcie informationnelle, un système d’information fermée et qui tend à l’être encore plus, comme par exemple la Corée du Nord.

Source

 

L’autarcie informationnelle c’est quoi ?

Autarcie Informationnelle

Avant de parler du concept d’autarcie informationnelle, commençons par définir les deux termes un par un, autarcie puis informationnel.

Comme défini dans l’article précédent (définition de l’autarcie),
l’autarcie est une situation d’un pays qui tend volontairement à se suffire à lui-même sur le plan économique. (Elle peut résulter de la volonté d’un État de modifier la structure sociale et économique à l’abri des influences étrangères. En vue de la préparation à une guerre ou d’un refus de toute dépendance économique à l’égard de l’étranger.)

Maintenant définissons le terme « informationnel(le) ». D’après le Larousse cela correspond à tout ce qui est relatif à l’information. D’après le CNRTL on y voit une corrélation avec les médias, je cite « L’environnement informationnel passe par la radio et la télévision ». C’est cet aspect qui nous intéresse vraiment.

D’après nos deux définitions précédentes, on peut en déduire que l’autarcie informationnelle est un concept qui vise à limiter les ressources documentaires à son propre pays.  On cherche à couper les flux d’informations entrants et sortants afin de se suffire à lui-même et d’avoir la main mise sur le contenu.

On peut notamment citer l’exemple de la Corée du Nord qui utilise ce concept d’autarcie informationnelle ou également la Chine. Cela permet à ces pays d’avoir le contrôle et de pouvoir censurer,  désinformer et bloquer les médias étrangers.

 

© Antoine Albaut

Autarcie : définition simple

Petite définition afin de partir sur de bonnes bases.

 

Autarcie

Métaphore imagée de l’autarcie

L’autarcie est une politique économique qui préconise l’autoproduction par un pays de la plus grande partie de ce qu’il a besoin de consommer, et la réduction des importations au strict minimum. Un pays vivant en autarcie fonctionne en économie fermée.

Source

On peut aussi parler de « vivre en autarcie ». Ce qui correspond à ne pas avoir d’échanges extérieurs. L’autarcie n’est pas uniquement lié à une politique économique, l’expression s’emploie aussi auprès d’humains vivant seul, dans l’autosuffisance.

Le CNRTL nous parle de satisfaction intérieure, modération, tempérance.
Source CNRTL